object(WP_Post)#4551 (25) {
  ["ID"]=>
  int(589)
  ["post_author"]=>
  string(1) "1"
  ["post_date"]=>
  string(19) "2014-09-10 12:54:23"
  ["post_date_gmt"]=>
  string(19) "2014-09-10 11:54:23"
  ["post_content"]=>
  string(8315) "DSC_1853[1] C'est une des sorties événement de la rentrée 2014 à laquelle nous sommes 4 du TOAC à avoir décidé de participer. Nous retrouvons Eric Rivals venus se préparer en vue du Roc d'azur sur la distance de 60km, Christophe Vidal notre chauffeur choisira également ce circuit avec 1850 de D+ annoncé. Patrick Ourcival et Bibi seront sur le 75km avec 2700 de D+, ça va piquer un peu pour une remise en route, Patrick rentrant d'un week-end pêche et moi d'une semaine à l'Océan sans trop avoir touché au vélo, le repos étant privilégié.

 

 Rendez-vous à La Salvetat à 6h00 pétante pour le covoiturage, on charge les machines et direction Encausse-les-Thermes pour la Transpyrénées Comminges organisée par nos amis de Cap Vert VTT. Sur le trajet on parle vélo bien entendu, Eric et Patrick ayant fait réviser leurs fourches chez Novyparts nous disent du bien de cet artisan basé à Tournefeuille, rapide, efficace et très pro, c'est bon à savoir si vous avez une révision à faire. Nous arrivons à Encausse, on se gare dans un pré plein de rosée matinale, 2 jeunes fougueux arrivent avec leur Kangoo et nous font une séance drift dans l'herbe humide, bon ambiance d'entrée de jeu. Inscription, petit café, un coucou aux organisateurs,briefing de départ et c'est parti. DSC_1845[1]Ça part sur la route d'abord, puis rapidement on attaque les chemins larges dans un premier temps puis très vite le premier single. La nous arrivons sur la première descente qui est assez chaude à négocier car on prend beaucoup de vitessse et nous arrivons sur des pierriers lisses et surtout humides. Pas facile de contrôler les VTT mais ça passe, les organisateurs nous avaient prévenu ce qui valait mieux car sinon il y aurait eu des pertes je pense. Pour ma part la première heure se passe pas trop mal, les automatismes reviennent, la forme n'est pas olympique, Rio c'est dans 2 ans me direz-vous mais bon ça va.

[caption id="attachment_598" align="aligncenter" width="1000"]Patrick et Christophe au départ du 75 km Patrick et Christophe au départ du 75 km[/caption]

Les montées se font au tempo, le plus souvent sur de larges pistes et sont assez longues, derrière on est récompensé par de superbes descentes, des fois nous sommes limite en mode enduro, il faut rester vigilant car on prend rapidement beaucoup de vitesse et il est difficile de contrôler sa machine lorsqu'on arrive sur les pierriers très glissants. Au bout de 2h de course environ, Eric notre machine à rouler parti 20 minutes plus tard sur le circuit de 60km me rattrape, il est facile le gars ce qui n'est pas mon cas ou des crampes d'estomac viennent me couper les guiboles. Je ne souhaite à personne d'en avoir surtout sur le vélo ou vous vous demandez si vous devez faire un arrêt au stand Lotus ou Trèfle parfumé chaque fois qu'elles arrivent, la journée s'annonce compliquée.

[caption id="attachment_596" align="aligncenter" width="1000"]Ambiance ravito Ambiance ravito[/caption]

Dans une descente, une erreur stupide me fait faire une "Nino Shurter", ceux qui ont vu les championnats du monde comprendront qu'il s'agit d'un soleil, la tête la première sur le cailloux, merci le casque il à bien joué son rôle et finira à la poubelle le soir venu pour service rendu...Comme on dit on soigne le mal par le mal, à part la gaine de dérailleur arrière arrachée qui me vaudra un cliquettement musical le reste de la sortie et des séances de réglages pour passer les vitesses je repars. A défaut de travailler le physique, on fera bosser le mental.

[caption id="attachment_594" align="aligncenter" width="1000"]Un VTT électrique officiel Un VTT électrique officiel[/caption]

Bref dans une descente je rattrape un anglais qui était plus à l'aise en montée qu'en descente et avec qui j'arrive à échanger quelques mots sur le circuit dans mon franglais made in sud ouest, je ne sais pas s'il à tout compris de toute façon moi non plus. ;-) Nous continuons dans des beaux paysages, à 3 reprises nos chemins croisent la route des coureurs de la cyclosportive La Lapébie, c'est sympa de retrouver l'équivalent de notre discipline en version vélo de route. Durant de longues portions je me retrouve bien seul, vu mon état je pensais me faire déposer de partout, je pense que les descentes qui étaient longues et techniques m'ont permis de limiter un peu les dégâts, mais au fil des ravitos en faisant une cure de "vin américain" mon estomac commençait à me laisser tranquille, il était temps car ce n'est vraiment pas top de rouler ainsi surtout sur une épreuve comme celle la. Malgré tout j'arrive à me régaler, lors d'un long passage en sous bois je me suis même fait plaisir dans un bourbier, tout se passait en glisse, je soupçonne les organisateurs de l'avoir rajouté pour Patrick notre spécialiste boue qui se croyait en mode "Lomagne" du coup. Arrivé au dernier ravito, cette fois-ci l'arrêt est plus bref, la forme étant un peu revenu je ne traîne pas trop des fois que...juste une petite photo d'un Fat Bike la nouvelle tendance du moment et c'est reparti, les descentes sont moins glissantes, le soleil ayant joué sont rôle de sécheur de singles.

[caption id="attachment_595" align="aligncenter" width="1000"] Le Fat-Bike à peine 400grs de pression dans les pneus[/caption]

Enfin c'est l'arrivée, franchement pas fâché d'en finir, le mental pour moi a été important sur cette épreuve, Patrick lui à choisi la raison et à bifurqué sur le 60km mais s'est régalé tout de même, Eric nous claque le meilleur temps du 60, de bonne augure pour le Roc ou le circuit sera plus roulant. Vidalou aussi s'est régalé, un peu inquiet avant de partir suite à des bruits "pressfitaires" ce qui signifie des craquements dans le boitier de pédalier à priori résolus suite aux divers bains de boue. Il se dirait que le bougre ferait les 4 épreuves de la Lomagne 2015 avec son Canyon histoire d’immuniser son boitier de pédalier pour le reste de la saison ;-) Voilou au final une belle épreuve pratiquement 74km et 2614de D+ou il faut être en forme, un peu humide par endroit mais relativement pratiquable sur l'ensemble. Bravo aux organisateurs et merci aux bénévoles et à notre chauffeur Vidalou! La Transpy 2014 recap

Parcours transpy

" ["post_title"]=> string(33) "La Transpyrénées Comminges 2014" ["post_excerpt"]=> string(0) "" ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(4) "open" ["ping_status"]=> string(4) "open" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(28) "transpyrenees-comminges-2014" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2014-09-11 09:16:01" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2014-09-11 08:16:01" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(30) "http://toac-cyclisme.fr/?p=589" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" ["member_access_visibility"]=> string(7) "default" }

La Transpyrénées Comminges 2014

DSC_1853[1] C’est une des sorties événement de la rentrée 2014 à laquelle nous sommes 4 du TOAC à avoir décidé de participer. Nous retrouvons Eric Rivals venus se préparer en vue du Roc d’azur sur la distance de 60km, Christophe Vidal notre chauffeur choisira également ce circuit avec 1850 de D+ annoncé. Patrick Ourcival et Bibi seront sur le 75km avec 2700 de D+, ça va piquer un peu pour une remise en route, Patrick rentrant d’un week-end pêche et moi d’une semaine à l’Océan sans trop avoir touché au vélo, le repos étant privilégié.

 

Rendez-vous à La Salvetat à 6h00 pétante pour le covoiturage, on charge les machines et direction Encausse-les-Thermes pour la Transpyrénées Comminges organisée par nos amis de Cap Vert VTT. Sur le trajet on parle vélo bien entendu, Eric et Patrick ayant fait réviser leurs fourches chez Novyparts nous disent du bien de cet artisan basé à Tournefeuille, rapide, efficace et très pro, c’est bon à savoir si vous avez une révision à faire. Nous arrivons à Encausse, on se gare dans un pré plein de rosée matinale, 2 jeunes fougueux arrivent avec leur Kangoo et nous font une séance drift dans l’herbe humide, bon ambiance d’entrée de jeu. Inscription, petit café, un coucou aux organisateurs,briefing de départ et c’est parti. DSC_1845[1]Ça part sur la route d’abord, puis rapidement on attaque les chemins larges dans un premier temps puis très vite le premier single. La nous arrivons sur la première descente qui est assez chaude à négocier car on prend beaucoup de vitessse et nous arrivons sur des pierriers lisses et surtout humides. Pas facile de contrôler les VTT mais ça passe, les organisateurs nous avaient prévenu ce qui valait mieux car sinon il y aurait eu des pertes je pense. Pour ma part la première heure se passe pas trop mal, les automatismes reviennent, la forme n’est pas olympique, Rio c’est dans 2 ans me direz-vous mais bon ça va.

Patrick et Christophe au départ du 75 km

Patrick et Christophe au départ du 75 km

Les montées se font au tempo, le plus souvent sur de larges pistes et sont assez longues, derrière on est récompensé par de superbes descentes, des fois nous sommes limite en mode enduro, il faut rester vigilant car on prend rapidement beaucoup de vitesse et il est difficile de contrôler sa machine lorsqu’on arrive sur les pierriers très glissants. Au bout de 2h de course environ, Eric notre machine à rouler parti 20 minutes plus tard sur le circuit de 60km me rattrape, il est facile le gars ce qui n’est pas mon cas ou des crampes d’estomac viennent me couper les guiboles. Je ne souhaite à personne d’en avoir surtout sur le vélo ou vous vous demandez si vous devez faire un arrêt au stand Lotus ou Trèfle parfumé chaque fois qu’elles arrivent, la journée s’annonce compliquée.

Ambiance ravito

Ambiance ravito

Dans une descente, une erreur stupide me fait faire une « Nino Shurter », ceux qui ont vu les championnats du monde comprendront qu’il s’agit d’un soleil, la tête la première sur le cailloux, merci le casque il à bien joué son rôle et finira à la poubelle le soir venu pour service rendu…Comme on dit on soigne le mal par le mal, à part la gaine de dérailleur arrière arrachée qui me vaudra un cliquettement musical le reste de la sortie et des séances de réglages pour passer les vitesses je repars. A défaut de travailler le physique, on fera bosser le mental.

Un VTT électrique officiel

Un VTT électrique officiel

Bref dans une descente je rattrape un anglais qui était plus à l’aise en montée qu’en descente et avec qui j’arrive à échanger quelques mots sur le circuit dans mon franglais made in sud ouest, je ne sais pas s’il à tout compris de toute façon moi non plus. ;-) Nous continuons dans des beaux paysages, à 3 reprises nos chemins croisent la route des coureurs de la cyclosportive La Lapébie, c’est sympa de retrouver l’équivalent de notre discipline en version vélo de route. Durant de longues portions je me retrouve bien seul, vu mon état je pensais me faire déposer de partout, je pense que les descentes qui étaient longues et techniques m’ont permis de limiter un peu les dégâts, mais au fil des ravitos en faisant une cure de « vin américain » mon estomac commençait à me laisser tranquille, il était temps car ce n’est vraiment pas top de rouler ainsi surtout sur une épreuve comme celle la. Malgré tout j’arrive à me régaler, lors d’un long passage en sous bois je me suis même fait plaisir dans un bourbier, tout se passait en glisse, je soupçonne les organisateurs de l’avoir rajouté pour Patrick notre spécialiste boue qui se croyait en mode « Lomagne » du coup. Arrivé au dernier ravito, cette fois-ci l’arrêt est plus bref, la forme étant un peu revenu je ne traîne pas trop des fois que…juste une petite photo d’un Fat Bike la nouvelle tendance du moment et c’est reparti, les descentes sont moins glissantes, le soleil ayant joué sont rôle de sécheur de singles.

Le Fat-Bike à peine 400grs de pression dans les pneus

Enfin c’est l’arrivée, franchement pas fâché d’en finir, le mental pour moi a été important sur cette épreuve, Patrick lui à choisi la raison et à bifurqué sur le 60km mais s’est régalé tout de même, Eric nous claque le meilleur temps du 60, de bonne augure pour le Roc ou le circuit sera plus roulant. Vidalou aussi s’est régalé, un peu inquiet avant de partir suite à des bruits « pressfitaires » ce qui signifie des craquements dans le boitier de pédalier à priori résolus suite aux divers bains de boue. Il se dirait que le bougre ferait les 4 épreuves de la Lomagne 2015 avec son Canyon histoire d’immuniser son boitier de pédalier pour le reste de la saison ;-) Voilou au final une belle épreuve pratiquement 74km et 2614de D+ou il faut être en forme, un peu humide par endroit mais relativement pratiquable sur l’ensemble. Bravo aux organisateurs et merci aux bénévoles et à notre chauffeur Vidalou! La Transpy 2014 recap

Parcours transpy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>